Pollution numérique : Comment agir en tant que développeur ?

Dans cet article, découvrez ce qu'est la pollution numérique et comment vous pouvez agir dessus en tant que développeur.

L'inquiétude : une pollution invisible

Savez-vous qu’en envoyant un simple mail, vous contribuez à rejeter l’équivalent de 10g de CO2 dans l’atmosphère ?

L’utilisation d’internet requiert une consommation d’énergie croissante et émet des gaz à effet de serre.

C’est ce qu’on peut appeler la pollution numérique.

En effet, envoyer un mail, visionner une vidéo, faire une recherche sur internet… Toutes ces activités ont un impact sur l’environnement, encore invisible dans notre société.

La pollution numérique en 3 chiffres

4% : C'est la part du secteur numérique dans le total d'émissions mondiales de gaz à effet de serre. Soit l'équivalent de 116 millions de tours du monde en voiture.

50 Mt : C'est le poids en millions de tonnes des déchets d'équipements électriques et électroniques générés chaque année. Soit 5000 Tour Eiffel.

x3 tous les 15 ans : L'augmentation actuelle des émissions de CO2 liées au numérique.

Comment agir en étant développeur web ?

En tant qu'utilisateur

Vider sa boite mail régulièrement

Chaque minute qui passe, les mails de votre inbox consomment de l'énergie en alourdissant la charge de travail des data centers où ils sont stockés.

Vous recevez des dizaines de newsletter qui ne vous intéressent plus ?

Utilisez un outil comme CleanFox pour vous en débarasser facilement.

Réduire les recherches en ligne au minimum

Pour cela, privilégiez l'accès direct aux sites via la barre d'url, ou les favoris.

Egalement, évitez d'aller sur la page d'accueil d'un moteur de recherche. Préférez rechercher via votre barre de recherche navigateur.

Limiter l'usage du streaming

Et tout particulièrement du streaming vidéo !

Préferez télécharger vos contenus ou regarder la télévision. Le streaming est extrêmement couteux en ressources, en particulier le streaming de vidéos HD.

Si vous désirez plus d'informations pour agir en tant qu'utilisateur, visualisez ce dépliant de l'ADEME.

Privilégier la WiFi à la 4G

Une connexion internet via la 4G a vingt fois plus d’impact que via une box à la maison, en termes d’utilisation énergétique.

La technologie de communication à très haut débit par le réseau mobile sollicite beaucoup les antennes relais.

Ces émetteurs-récepteurs d’ondes sont très énergivores, d’autant qu’il faut aussi multiplier ces antennes relais pour avoir une bande-passante importante et de qualité.

En tant que consommateur

Recycler son matériel informatique

Tout le matériel informatique et de gaming doit être recyclé.

De l’écran d’ordinateur à la souris en passant par l’imprimante, le clavier, la tablette, l’unité centrale, le laptop, la console de jeux, le joystick, les enceintes, autres accessoires et la connectique.

Autre option encore plus eco-friendly, vendez votre ancien ordinateur dans un magasin d’occasion.

Et pourquoi pas, le donner gratuitement à une association.

Retrouvez une liste d'organismes récoltant des vieux appareils sur donordi.fr.

Utiliser son matériel jusqu'au bout

Le recyclage est une bonne option mais qui consomme quand même beaucoup d'énergie.

Alors n'achetez pas de nouvel appareil avant d'en avoir vraiment besoin.

C'est ce qui fera vraiment diminuer votre impact écologique.

Acheter du matériel labellisé

Lors de l’achat d’un nouvel ordinateur, vous pouvez participer à l’informatique écologique en privilégiant un achat disposant d’un éco-label.

Plus respectueux de l’environnement, ces labels certifient de manière plus ou moins stricte que les matériaux s’inscrivent dans le « green it ».

Pour en citer quelques-uns :

En tant que développeur

Connaitre l'impact énergétique de chaque langage

Quels sont les langages de programmation qui consomment le moins d'énergie ?

Pour comparer correctement l'efficacité énergétique entre différents langages, il faut obtenir des implémentations comparables de solutions à un ensemble représentatif de problèmes.

Heureusement, des chercheurs l'ont fait pour nous ! Et en voilà le résultat :

Retrouvez un résumé de l'étude ici. Ou le rapport de l'étude Energy Efficiency across Programming Languages

Rédiger du code optimisé

Ça en théorie, vous êtes déjà sur le coup.

Il est utile de préciser néanmoins qu'optimiser l'efficacité du code, en plus de réduire la dette technique, réduit le coût énergétique de votre infrastucture logicielle.

Concrètement, plus votre démarche qualité du code est exigeante, moins vous polluez.

Améliorez l'efficacité de vos algorithmes, et poussez votre équipe à faire des choix d'architectures ajustés aux besoins de vos applications - et efficaces !

Alléger les pages webs

Un des grands enjeux actuels en faveur de l’informatique écologique est celui des nouveaux formats web. Ces derniers tentent de compresser au maximum les fichiers multimédias pour qu'ils soient adaptés au web :

  • WebM format vidéo, mis en place par Google
  • WebP pour les images
  • AV1 format vidéo, mis en place par Alliance for Open Media

Si vous n'utilisez pas ces formats spécifiques, préférez tout de même les formats légers et compréssés. (JPG/GIF pour les images)

Votre référencement en ligne et la rapidité de chargement de votre site n'en seront qu'améliorés.

Maximiser l'usage du Server-Side Rendering

Gérez le plus d'actions possible du côté du serveur.

Premièrement car réaliser un calcul centralisé 1 seul fois et en distribuer le résultat plusieurs fois coûtera toujours moins cher que réaliser le calcul à chaque distribution.

Donc centralisez au maximum.

Et deuxièmement parce que l'environnement front-end est très couteux en énergie. JS est un langage (génial mais) interprété et couteux à l'exécution qui devrait servir uniquement à animer les pages webs.

Pour précharger vos pages webs côté serveur, utilisez le Server Side Rendering.

Conclusion

Le plus important à retenir est de viser à avoir une vie sobre. Décrochez des appareils numériques, cessez d'en acheter au maximum et vous aurez fait votre part.

Et codez proprement !

Sources